AR-VAL poursuit son développement dans le traitement des ordures ménagères résiduelles et la valorisation par le compost

Trois marchés remportés par AR-VAL viennent confirmer la dynamique de développement de l’entreprise dans les domaines du traitement des ordures ménagères résiduelles (OMR) et la valorisation des biodéchets par le compost. Ces nouveaux marchés viennent compléter une expertise d’AR-VAL reconnue sur la collecte sélective.

AR-VAL reconduit par le SYSEM pour l’Unité de Valorisation Organique Venesys (56)
Le SYSEM (Syndicat de traitement des déchets du Sud-Est du Morbihan) reconduit VEOLIA et AR-VAL dans le cadre d’un marché public global de performances portant sur la conception et la réalisation de travaux d’optimisation du fonctionnement de l’Unité de Valorisation Organique Venesys son exploitation et sa maintenance. L’unité industrielle de tri mécano-biologique implantée à côté du centre de tri de déchets recyclables, traite les ordures ménagères résiduelles (OMR), réduisant la quantité de déchets non valorisables par la transformation de la matière organique en chaleur, électricité et compost.
Le groupement constitué des sociétés VEOLIA, AR-VAL et Atelier ARCAU s’est engagé sur plusieurs objectifs : le respect de la santé et de la sécurité des opérateurs (les équipements du hall de tri/préparation, installés par AR-VAL, disposeront du même niveau d’étanchéité que les équipements d’affinage) et du personnel de collecte, une protection incendie optimale, la lutte contre les odeurs dans le voisinage, la maîtrise des risques process et la qualité du compost. Ce, conformément aux priorités qui orientent la modernisation et la sécurisation des infrastructures : l’amélioration des conditions de travail du personnel, la diminution de l’impact sur l’environnement et l’optimisation des performances de valorisation.
15 millions d’euros de travaux sont prévus à partir d’avril 2021, dont la première phase revient à AR-VAL.
https://www.ouest-france.fr/bretagne/morbihan/vannes-ils-investissent-pour-optimiser-le-tri-des-dechets-menagers-6879930

Des membranes de compostage AR-VAL Compost Cover pour BM Recykling
Après une 1ère commande il y a deux ans, BM Recykling renouvèle sa confiance en AR-VAL pour la fourniture de membranes de compostage. Ces structures textile sont un système d’aération semi-confiné qui repose sur l’assemblage de trois couches. Leur influence positive sur le processus de compostage crée des conditions idéales de fermentation pour les matériaux en décomposition, optimisant la production d’un compost de haute qualité tout en limitant l’impact environnemental sur site (réduction des émanations olfactives jusqu’à 90 %).
Palliant l’absence de bâtiment de stockage, les membranes de compostage diminuent les investissements nécessaires à une activité de compostage et, le traitement de l’air n’étant plus nécessaire, réduisent aussi les coûts de fonctionnement.

Les Alchimistes confient leur nouvelle unité de compostage à AR-VAL
Entreprise spécialisée dans la collecte et la valorisation des biodéchets en secteur urbain, “les Alchimistes” s’est donné pour projet de développer des unités de compostage de proximité, au plus près des producteurs et des utilisateurs. En Ile-de-France, le projet d’un nouveau site de compostage à Chilly-Mazarin viendra compléter un dispositif actuel de trois unités. La réalisation de cette nouvelle unité de compostage a été confiée à AR-VAL, pour une mise en service en septembre 2020. Elle associera le procédé d’aération pilotée AR-VAL avec les membranes de compostage Fr-Composply® dont AR-VAL est distributeur en France.

En pleine crise sanitaire, une opération de maintenance bien orchestrée

Une opération de dépannage sur un process de tri est toujours un sujet complexe, sur lequel les équipes d’Ar-Val se montrent chaque fois disponibles et réactives. Dans le contexte actuel de crise sanitaire, de nouvelles contraintes s’ajoutent à ce type d’intervention. Mais lorsqu’un client contacte les services d’Ar-Val, les équipes savent se mobiliser, quand bien même il s’agit de se déplacer en Belgique. C’est ce qui s’est produit avec le centre de tri VALTRIS implanté dans la province de Namur et spécialisé au tri des PMC (bouteilles et flacons plastique, emballages métalliques et cartons à boissons) issus de la collecte sélective. 

Chronologie d’une opération commando rondement menée, avec Maxime Tilmont, chargé d’affaires service client chez Ar-Val.

Dans quel contexte le centre de tri VALTRIS vous a-t-il contacté ?

Maxime Tilmont : «  le centre de tri  VALTRIS est un client historique d’Ar-Val. Dans la nuit du 14 au 15 avril, une panne est survenue sur un crible balistique destiné à faire une séparation morphologique (corps creux et les corps plats). L’usine nous a contactés le 15 au matin et nous nous sommes immédiatement concentrés sur la recherche des causes de la panne : un diagnostic a été réalisé à distance en relation avec le chef de cabine en charge de la gestion de la ligne, le directeur et les équipes de maintenance sur place. »

Quel plan d’action avez-vous activé pour réaliser ce dépannage ?

M.T. : « Afin de limiter la perte de production chez notre client, nous avons mis en place une véritable opération commando : pour être rapidement opérationnels, nous disposons des pièces de remplacement dans notre atelier de Saint-Avé (56) ; il nous a fallu les pré-assembler sur place, avant de les acheminer vers la Belgique par transport exceptionnel (un camion complet). Ce, dès le lendemain de l’appel. Du vendredi au lundi, une équipe de trois collaborateurs d’Ar-Val a pu procéder au remplacement des vilebrequins, puis à leur réglage sur un banc de montage que nous avons aussi acheminé chez notre client. La production du centre de tri a pu redémarrer dès le mardi matin. »

Quel a été l’impact du contexte de crise sanitaire sur l’organisation de cette opération de maintenance ?

M.T. : « Tout d’abord, il nous a fallu mobiliser des collaborateurs d’Ar-Val alors en chômage partiel, et volontaires pour venir préparer les pièces dans nos ateliers. En parallèle, nous avons constitué une équipe pour intervenir dès le vendredi afin de réduire au maximum le temps de perte de production du client. Nous disposions heureusement des équipements nécessaires à la protection de nos collaborateurs (masques, gant, gel hydro-alcoolique).

Sur place, la difficulté était de respecter les gestes barrières dans le cadre d’une opération de maintenance nécessitant de la manutention dans un espace restreint et sale. Toutefois, l’opération s’est déroulée avec succès »

COVID-19 et tri sélectif : Ar-Val confiné, vous accompagne dans vos projets

La crise sanitaire sans précédent que nous traversons impacte à différents niveaux les activités de tri et de recyclage. Si la collecte des ordures ménagères résiduelles (OMr) est maintenue sur tout le territoire, la collecte des recyclables quant à elle n’est que partiellement maintenue. Selon CITEO (Source : Note impact COVID 19 sur les collectes sélectives en France – Citeo  09 avril 2020) , sur un parc de 177 centres de tri des recyclables en France, seuls 112 (63%) ont maintenu leur activité, même si 27 d’entre eux ont toutefois une activité réduite par rapport au fonctionnement habituel.

Dans ce contexte, Ar-Val connaît une activité à deux vitesses, avec un bureau d’études confiné mais opérationnel à 100 % et des chantiers de construction de process conséquemment ralentis voire arrêtés.

À l’écoute de vos projets de conception et de rénovation de centres de tri

Bien sûr confinées car respectueuses des bonnes pratiques pour lutter contre la propagation du covid-19, les équipes du bureau d’études Ar-Val demeurent opérationnelles. À l’écoute de vos projets pour la conception ou la rénovation de votre centre de tri, nous restons mobilisés pour développer les solutions qui vous feront gagner en performance dans le traitement des déchets ménagers et industriels.

Vous êtes maître d’œuvre et vous aviez un projet en cours avec nos services ? Le bureau d’études Ar-Val est mobilisé pour faire avancer votre dossier. Collectivités ou acteurs privés, vous avez un projet de création ou d’optimisation d’un centre de tri ? Nos experts sont à votre écoute pour étudier avec vous, dès maintenant, les solutions de tri, recyclage et valorisation qui répondront à vos attentes.

La fabrication des équipements pour les process de tri continue

Comme de nombreux chantiers dans le bâtiment et les travaux publics, la construction de process de tri sur le terrain connaît un ralentissement. Et dans certains cas, les travaux liés à la construction de centres de tri se trouvent à l’arrêt. Néanmoins, la fabrication des équipements conçus par Ar-Val et dédiés aux process de tri continue, dans le respect des consignes et gestes barrières permettant à chacun de se protéger et de protéger les autres contre la propagation du coronavirus.

C’est ainsi que dès que les conditions le permettront de nouveau, les équipes Ar-Val seront plus que jamais prêtes, humainement comme matériellement, à redémarrer les chantiers.

Solidaire des salariés qui, compte tenu de la crise sanitaire ne peuvent exercer leur activité, la société Ar-Val tient à remercier la mobilisation de ceux dont les postes permettent de maintenir une organisation garante de la qualité de service que nous devons à nos clients.

Municipales 2020 : quelle place pour le traitement des déchets dans les programmes électoraux ?

En mars prochain se tiendront les élections municipales. Occasion pour les candidats d’exprimer leurs choix politiques en général et vis-à-vis de la gestion des déchets. Si de nouvelles règles de tri des déchets (simplification et harmonisation des consignes de tri, extension des consignes de tri à tous les emballages plastiques…) sont déjà entrées en vigueur dans de nombreuses collectivités locales, gageons que le sujet sera aussi l’un des enjeux des programmes électoraux des Municipales 2020 !

Le traitement des déchets : une responsabilité des collectivités locales

Faut-il le rappeler, “le service public de gestion des déchets trouve son origine dans le pouvoir de police que détient le maire et qui a pour objet d’assurer le bon ordre, la sûreté et la salubrité publique.” (source : collectivites-locales.gouv.fr). La compétence de gestion des déchets ménagers et assimilés (traitement, tri, stockage des déchets ultimes…) est néanmoins souvent transférée tout ou partie à un EPCI (établissement public de coopération intercommunale) ou à un syndicat mixte. Leur rôle est alors d’appliquer la politique convenue en matière de traitement des ordures ménagères et des déchets issus de la collecte sélective.

L’élu, acteur et moteur du changement

“En charge de la gestion des déchets sur leur territoire de compétence, engagées bien souvent dans des programmes de prévention et soucieuses de développer l’emploi dans l’« économie verte », les collectivités locales peuvent être force d’initiative dans une démarche territoriale et fortement partenariale.” (source “L’élu et les déchets” – L’essentiel de ce que les collectivités territoriales doivent savoir – AMORCE/ADEME). C’est ainsi que confrontés aux enjeux réglementaires, économiques et environnementaux que représente la gestion des déchets, les élus sont contraints de s’impliquer fortement dans une politique globale de collecte et de traitement des déchets. Ces initiatives peuvent alors s’étendre des opérations de prévention à la proposition de solutions techniques alternatives à l’incinération et au stockage.

Faire progresser le tri des déchets : un enjeu technique et humain

Des engagements des candidats et élus dépendent donc les évolutions des infrastructures dédiées au tri des déchets. En effet, pas de nouvelles consignes de tri sans équipements adaptés. Aussi, les travaux à réaliser dans les centres de tri doivent contribuer à atteindre les objectifs de tri.

Pour cela, la mise en œuvre de nouveaux équipements plus fiables et automatisés est une façon de favoriser la performance des process de tri, tant en volume traité que dans leur finesse dans la discrimination des matières entrantes. Outre cet aspect technique, les travaux réalisés dans les centres de tri doivent être l’occasion d’intégrer la question des conditions de vie au travail des opérateurs : ergonomie des postes de travail pour lutter contre les TMS (troubles musculo-squelettiques), insonorisation des équipements, surpression des cabines de tri pour éviter les odeurs et les poussières…

Élus et candidats aux Municipales 2020, s’il ne nous appartient pas de vous orienter dans la définition de votre politique en matière de tri et de traitement des déchets, vous pouvez néanmoins compter sur les services d’Ar-Val pour vous accompagner dans la définition des meilleures solutions techniques pour la mettre en œuvre !

 

Quelles résolutions pour le tri des déchets en 2020 ?

Avec le passage à la nouvelle année, vient le temps des échanges de vœux et des bonnes résolutions. Parfois difficiles à tenir, les résolutions sont pourtant l’occasion de changer de cap et d’adopter un comportement plus responsable, qui peut se manifester aussi en termes de tri des déchets. À l’orée de cette nouvelle décennie, les municipalités, collectivités, entreprises, associations et particuliers s’engagent et mettent en place de bonnes pratiques en matière tri des déchets en 2020.

Une sensibilisation au tri des déchets à l’initiative des collectivités

Chaque nouvelle année est l’occasion de découvrir de nouvelles initiatives portées par des collectivités soucieuses de voir progresser le tri des déchets sur leurs territoires. À l’instar de la communauté de communes du Pays Solesmois, dans le Nord-Pas-de-Calais, qui a engagé une « brigade jaune » dont le but est de sensibiliser les habitants de l’agglomération au tri des déchets. Pour pallier la diminution des collectes en matière de déchets recyclables et, dans le même temps, la hausse des « refus de tri » au sein des centres de tri de l’intercommunalité, l’équipe sillonne le territoire et sensibilise les usagers à la bonne gestion de leurs déchets domestiques.

(source : La Voix du Nord : https://www.lavoixdunord.fr/691271/article/2020-01-09/une-brigade-jaune-dans-le-solesmois-pour-ameliorer-la-qualite-du-tri-des-dechets?&pooolrelease)

Du projet de loi aux initiatives pour lutter contre les dépôts sauvages

Alors qu’un projet de loi pour lutter contre les dépôts sauvages est actuellement en discussion à l’Assemblée nationale, certaines municipalités misent sur la prévention pour remédier à ce fléau. Pour lutter contre ces incivilités potentiellement à l’origine de problèmes de santé publique, il s’agit d’inciter les acteurs concernés à acheminer les déchets vers des centres de tri appropriés. Outre les sanctions mise en place par les collectivités sur qui pèse le coût de gestion de ces déchets sauvages, on assiste à une prise de conscience de certains filières : la FFB95 met ainsi en place des opérations de sensibilisation sur les bons gestes en matière de tri et de dépôt des déchets en déchetterie, et demande elle-même plus de contrôle. (source : Le Parisien : http://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/depots-sauvages-dans-le-val-d-oise-l-etat-passe-a-la-vitesse-superieure-27-12-2019-8225262.php).

Des investissements pour moderniser les centres de tri

Les extensions de consignes de tri supposent des centres de tri des déchets toujours plus performants. C’est ainsi que les opérateurs publics en charge du traitement et de la valorisation des déchets sont amenés à réaliser des investissements qui leur permettent d’adapter leurs installations, voire d’augmenter leur capacité globale. Le Syctom (Agence métropolitaine de gestion des déchets de l’Île-de-France) dispose ainsi d’un parc de centre de tri important. À ses côtés depuis de nombreuses années pour faire évoluer les équipements de ses usines (comme le site de Romainville en 2015 dont la modernisation a contribué à augmenter la capacité de traitement tout en s’adaptant aux nouvelles consignes de tri), la construction et mise en service du centre de tri de Paris XVII en 2019 (Paris XVII est le second centre de tri de collecte sélective dans Paris intramuros), Ar-Val réalisera en 2020 les travaux du centre de tri de Nanterre (Hauts-de-Seine). (source, Les Échos : https://www.lesechos.fr/pme-regions/ile-de-france/le-centre-de-tri-des-dechets-de-paris-xv-devient-plus-performant-1147148)

Emballages papier, cartons d’emballage… Quel tri pour les déchets générés pendant les fêtes de fin d’année ?

Emballages papier, cartons d’emballage… Quel tri pour les déchets générés pendant les fêtes de fin d’année ?

« De l’extérieur c’est déjà magnifique ! » Sans l’existence du papier cadeau, cette réplique de Pierre Mortez à Thérèse (le Père Noël est une ordure – Jean-Marie Poiré – 1982) n’aurait probablement jamais été prononcée… Par leurs couleurs chatoyantes et les surprises qu’ils ménagent, les papiers cadeaux et autres emballages contribuent largement à la magie de Noël. Mais que faire de tous ces emballages une fois la fête terminée ? D’autant qu’avec la progression du e-commerce, s’ajoutent aux papiers cadeaux quantité de cartons d’emballages qui servent à acheminer les colis. 

Pour un Noël responsable, faisons un point sur la gestion des déchets générés par les fêtes de fin d’année.

Quelques chiffres sur la production de déchets d’emballage au moment des fêtes

À raison de 7 g de papier cadeau par cadeau en moyenne (source franceterre.com), le papier d’emballage représente en France quelque 20 000 tonnes de papier cadeau par an. Par ailleurs, environ 80 % des colis expédiés via le e-commerce sont en carton. Dans des formats de surcroît souvent surdimensionnés (car issus de cartons standardisés) au regard du produit qu’ils enferment… “Mis bout à bout, les cartons envoyés à la période de Noël couvriraient la distance entre Paris et Québec” expliquait Romain Voog, dirigeant d’Amazon France en 2015. Avec une progression des volumes de carton destinés à l’e-commerce de 10% par an selon Copacel (Union française des Industries de Cartons, Papiers et Celluloses), on devrait d’ici peu atteindre les faubourgs de Vancouver…

Du papier cadeau recyclé au choix d’un papier cadeau recyclable

Les chiffres cités ci-dessus s’inscrivent frontalement à l’encontre des politiques de réduction des déchets. Pour autant, et compte tenu de leur faible durée de vie (quelques minutes sous le sapin), il peut être sage de s’interroger sur la qualité des papiers cadeaux qu’on utilise. Et privilégier l’achat de papier cadeau recyclé, issu de forêts gérées durablement. La fabrication de papier cadeau recyclé nécessite 20 fois moins d’arbres, 100 fois moins d’eau et 3 fois moins d’énergie que le papier non recyclé (source WWF). Et pour être certain de ne pas se tromper, le papier kraft fait très bien l’affaire. Résultat vintage et touche nature garantis !

Et si vous tenez aux couleurs et motifs sans lesquels Noël ne serait pas Noël, optez au moins pour un papier cadeau recyclable : bon à savoir, les filières de recyclage n’acceptent pas les matières complexes, multicouches ou mélangées. Dès lors, sachez que tout papier cadeau doré, brillant ou encore pailleté n’est probablement pas recyclable…

Après la fête : ranger c’est bien, trier c’est mieux !

Après le grand déballage, vient le temps du rangement. Et si la majorité des papiers cadeaux ne sont pas recyclables (pour les raisons citées plus haut), il s’agit de trier ce qui peut l’être ! En respectant naturellement les consignes de tri (qui peuvent varier selon les communes). Ainsi seront acceptés le plus souvent dans les centres de tri de collecte sélective les emballages en carton (boites de chocolats, boites de parfums, emballages de jouets…), les papiers cadeaux non filmés (ceux qui se déchirent facilement, signe qu’ils ne contiennent pas de plastique), les enveloppes en papier, les cartes de vœux… Quant aux papier-bulles, polystyrènes et films plastiques destinés au calage ou au premier emballage de certains produits, ils rejoindront, comme la vaisselle jetable, les ordures ménagères (sauf si votre commune est concernée par l’extension des consignes de tri).

Plus tard, pensez à ramener votre sapin à la déchetterie la plus proche de votre domicile ; il sera valorisé et reviendra à la nature.

Bonnes fêtes de fin d’année !

Modernisation du centre de tri de Nantes métropole

Reconduit au 1er mars 2019 pour une nouvelle Délégation de Service Public de 15 ans, VEOLIA Recyclage & Valorisation des Déchets va poursuivre l’exploitation du Centre de Tri et de Valorisation des Déchets Arc-en-Ciel 2034, près de Nantes. Ce, au bénéfice du groupement d’autorité concédante constitué par Nantes Métropole et la CARENE Saint-Nazaire Agglomération.

Des travaux importants ont été engagés pour adapter et moderniser le site, intégrant la reconstruction complète d’un atelier de tri des collectes sélectives pour l’adapter au tri de 45 000 tonnes de déchets d’emballages. Ce process ultra sophistiqué et moderne, est équipé de 2 robots pour l’affinage de certains emballages. Ce process permettra notamment de séparer les nouvelles résines plastiques pour répondre à la nouvelle réglementation des consignes de tri des plastiques.

Pour la réalisation de ces travaux d’agrandissement et de modernisation de l’atelier de tri des collectes sélectives, VEOLIA Recyclage & Valorisation des Déchets spécialisée dans les activités de traitement sur la région Centre-Ouest, a choisi de s’associer en sous-traitance avec la société AR-VAL.

Outre l’apport d’une réponse technique à la pointe, AR-VAL s’appuie sur le développement d’une gamme complète de logiciels pour optimiser et faciliter le suivi, la gestion et l’automatisation des nouveaux process de tri de l’usine Arc-en-Ciel 2034.

Le pilotage et la gestion du nouveau centre de tri seront ainsi intégralement orchestrés depuis le poste de supervision équipés de l’ensemble de la suite « Ar-Val SMART » :

*   Ar-Val supervision pour le pilotage de la ligne,

*   Ar-Val Production pour le suivi et l’analyse de la production,

*   Ar-Val Mobile, pour le suivi de la production à distance (Sur smartphone),

*   Ar-Val GMAO pour le suivi de la maintenance et la gestion du gros entretien,

*   Ar-Val Remote Control pour la prise en main d’un équipement avec une tablette ou un smartphone.

Cette modernisation s’accompagne enfin de travaux d’aménagement paysagers visant à optimiser son intégration environnementale. Ils s’étendront jusqu’au printemps 2020, où le site industriel, première filière globale de valorisation des déchets de l’agglomération nantaise, ré-ouvrira ses portes aux visites publiques.

        

Pendant les vacances je trie!

Faites le bon geste

De la qualité de votre tri des déchets dépend l’efficience des process !

Le saviez-vous ? Tous les déchets ne sont pas valorisables de la même façon et dans un centre de tri des déchets, les process sont pensés et construits pour recevoir certains flux de matières prédéterminés. C’est pourquoi on parle de collecte sélective. Quelle que soit votre commune, il vous est demandé de séparer vos déchets en différentes catégories, dès votre domicile ou votre lieu de travail. 

Et si on profitait des congés d’été pour se remettre à l’esprit quelques fondamentaux ?
Parmi les grandes catégories de déchets produites par les ménages, on peut distinguer les déchets recyclables d’une part (papier/carton, plastiques et métaux, dits “déchets secs”), le verre d’autre part (recyclable à l’infini) et les déchets non recyclables communément appelés ordures ménagères (en partie valorisable).
Un centre de tri de collecte sélective est prévu pour réceptionner la première catégorie. Il est donc important de réaliser un tri de qualité dès son domicile, en évitant aussi qu’elles soient souillées par des ordures ménagères (par exemple, il faut bien vider le contenu des emballages avant le tri) .
Le rôle d’un centre de tri va alors consister à séparer les différentes matières lorsqu’elles arrivent “en vrac” ou dans les sacs. Pour cela, la matière va entrer dans un process de tri, composé d’équipements destinés à la distinguer selon sa taille, sa nature, sa forme, voire sa couleur. Il peut s’agir de grands tamis cylindriques de type “Trommel” (tri granulométrique), de cribles balistiques, aéraulique, des cabines équipées de cellules de tri optique, d’appareil de tri magnétique, ou encore de machines à courant de Foucault destinées à capter les métaux non ferreux… Enfin, la matière termine son circuit par un passage en cabine de contrôle visuel ou officient des opérateurs qui contrôlent et affinent la qualité du tri.
Prévus pour recevoir une matière de qualité (c’est à dire conforme aux consignes de tri), ces process de tri automatisés tels qu’on les trouve dans les nouvelles générations de centre de tri conçus par Ar-Val, peuvent être ralentis par la présence de déchets non recyclables (indésirables). Chaque catégorie d’objets triés sera ensuite envoyée au recyclage.
Les centres de tri ne sont donc qu’un maillon dans la chaîne de recyclage des déchets, qui commence avec la collecte sélective. Il est donc essentiel d’avoir les bons gestes et de respecter les consignes de tri. À son domicile comme sur son lieu de vacances faites le bon geste.

Bel été à tous !

Réalisation d’un deuxième centre de tri en Guyane

Dans le cadre du déploiement de la collecte sélective des emballages dans la Communauté de Communes de l’Ouest Guyanais (CCOG), Ar-Val a réalisé le centre d’affinage et de massification de Saint-Laurent-du-Maroni. C’est, après le centre de tri de la Communauté d’Agglomération du Centre Littoral de Guyane (CACL), le 2e centre de tri construit par Ar-Val en Guyane.

Le centre de tri de Saint-Laurent-du-Maroni est implanté depuis ce printemps 2019 sur un territoire où la collecte sélective n’existait pas encore. Ce projet est né sous l’impulsion de Citeo (née du rapprochement d’Eco-Emballages et d’Ecofolio). En effet, dans le cadre de son agrément, une collectivité des territoires des DOM-COM peut solliciter Citeo pour qu’elle pourvoie à la gestion des déchets d’emballages ménagers sur son territoire.

Aux côté de la Société Amazonienne de Recyclage (GUYANET) pour la construction, l’installation et le démarrage de la collecte sélective, Ar-Val a construit un centre tri et de massification, adapté au contexte local. Pour permettre aux Guyanais de mieux trier et de recycler leurs emballages. Le centre de tri est conçu pour séparer les emballages en 2 grandes fractions : plastiques et métaux . Mis en balles, ces emballages une fois triés sont acheminés vers des filières de recyclage dédiées.

Simple et robuste, le centre de tri guyanais n’en est pas moins un équipement normé et sécurisé, conforme aux normes européennes. Il permettra de créer de nouveaux emplois sur la commune de Saint-Laurent-du-Maroni.

Chaine de tri collecte sélective

Extension des consignes de tri plastiques: la régie de tri du SMEDAR au premier rang !

Les premières phases d’extension des consignes de tri à tous les emballages en plastique réalisées en France entre 2012 et 2017, ainsi que l’ensemble des travaux conduits par Citeo, Adelphe en partenariat avec l’Ademe et les collectivités locales, démontrent que l’élargissement des consignes de tri à l’ensemble des emballages plastique nécessite un véritable « big-bang » du parc de centre de tri français.

C’est pourquoi, le SMEDAR (Syndicat Mixte d’Élimination des Déchets de l’Arrondissement de Rouen) a pris le sujet à bras-le-corps et a décidé de moderniser entièrement son process de tri. Le nouveau process conçu, réalisé et mis en service par Ar-Val, a une capacité de 35 000t/an. Il est adapté à l’extension des consignes de tri à l’ensemble des emballages plastiques et des petits métaux. Très automatisée, sa ligne de tri dernière génération compte :

  • 6 séparateurs optiques
  • 3 cribles balistiques
  • 1 trommel
  • 1 presse à balles pour conditionner les différents matériaux triés : plastiques, papier, carton, aluminium, acier et briques alimentaires.
  • 2 presses à paquets pour conditionner l’acier
  • Un dispositif de tri des petits métaux (aciers et alu)

Respectant la Norme française X35-702 des nouveaux standards en matière d’ergonomie et de sécurité au travail, ce process améliore considérablement les conditions de travail des agents dont la mission se concentre dorénavant sur le contrôle de la qualité du tri.

Le centre de tri du SMEDAR est entièrement connecté et doté des dernières innovations d’Ar-Val:  Ar-Val Prod®, Ar-Val GMAO®, Ar-Val Remote® et Ar-Val Prod Mobile®.

Le procédé Recyfilms développé par Ar-Val et ses partenaires y est installé et permet non seulement de capter les films avec une pureté respectant les PTM, mais et surtout d’améliorer la performance globale du process.