Reconstruction du centre de tri de collecte sélective de Bourges

Le centre de tri de collecte sélective Veolia des Quatre-Vents à Bourges a subi un important incendie au printemps 2018 : le bâtiment en ossature métallique de 3600 m2 et de 12 mètres de haut qui abritait le centre de tri de la collecte sélective a été totalement anéanti. Y étaient séparés les différentes catégories de matière (papier, plastique, acier, aluminium) avant d’être expédiées dans les filières de recyclage dédiées.

Suite à ce sinistre amputant de leur outil de travail les salariés, Veolia a souhaité reconstruire le site afin de maintenir l’activité industrielle et les emplois. Après consultation des entreprises, la reconstruction du process de tri a été confiée à Ar-Val.

Le chantier est l’occasion d’intégrer des optimisations au process de tri de la collecte sélective pour maximiser la valorisation matières, tout en conservant les grandes fonctions du process initial et un niveau de mécanisation adapté. Par ailleurs, une des demandes fortes de Veolia était de favoriser les conditions d’accessibilité aux équipements afin de faciliter les interventions des agents de maintenance. De façon plus générale, il s’agit d’améliorer aussi les conditions de travail des opérateurs : recherche d’ergonomie sur les postes de travail afin de lutter contre les Troubles Musculo-Squelettiques (TMS), dans le respect des recommandations de la norme française NF X35-702 qui présente le principes ergonomiques pour la conception des cabines de tri manuel des déchets recyclables secs ménagers et assimilés issus des collectes sélectives.

Les études sont bien avancées et la préparation du chantier est prévue début novembre pour une mise en service du centre de tri en janvier 2020.

INAUGURATION DE L’UNITE DE BIOSTABILISATION VALOHÉ à Montblanc (34) 

L’inauguration de l’unité de biostabilisation VALOHÉ s’est tenue ce mercredi 25 septembre 2019 à Montblanc (34). Y seront traitées 45 000 tonnes/an d’ordures ménagères du SICTOM Pézenas-Agde, au meilleur coût économique et environnemental. Propriété du SITCOM, l’usine est exploitée par la Société Publique Locale OEKOMED qui regroupera à terme 7 collectivités partenaires de l’Ouest-Hérault.

AR-VAL : une expertise spécifique du traitement des ordures ménagères résiduelles

Constructeur de cette unité de biostabilisation, AR-VAL a été mandaté sur ce dossier dès 2017 pour son expertise en matière de traitement des ordures ménagères résiduelles, a répondu à un cahier des charges particulièrement strict, et a piloté le groupement dont il était mandataire, de la conception à la mise en service.

En résulte un équipement de dernière génération dont l’un des points forts est la prise en compte et le respect des contraintes environnementales et paysagères. En tant qu’ICPE (Installation Classée pour la Protection de l’Environnement), l’unité de biostabilisation VALOHÉ répond en effet à une réglementation très stricte de bonne gestion des rejets liquides et atmosphériques, et des déchets. Pour cela, un système de gestion des odeurs par lavage physico-chimique et biofiltration  favorise la maîtrise de la nuisance olfactive. Son insertion paysagère par ailleurs traitée comme une priorité et son impact visuel réduit au maximum.

VALOHÉ, équipement dernière génération

D’une capacité de traitement de 45 à 60 000 tonnes/an (soit 27 tonnes/heure), les différentes étapes du process consistent à séparer les matières recyclables (papiers, cartons, plastiques, métaux ferreux et non ferreux) des ordures ménagères pour qu’elles soient valorisées par les filières spécialisées. Les déchets résiduels des ordures ménagères sont quant à eux stabilisés par oxygénation et séchage pendant 28 jours au sein des tunnels. La quantité d’ordures ménagères résiduelles non valorisées ainsi diminuée est alors mise en stockage à l’ISDND (Installation de Stabilisation des Déchets Non Dangereux) PAPREC mitoyen.

La mise en service de l’unité de biostabilisation des ordures ménagères résiduelles s’intègre dans le Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchets de l’Ouest Hérault qui fait de la valorisation des déchets un enjeu majeur du SITCOM Pézenas-Agde.

Modernisation du centre de tri de Nantes métropole

Reconduit au 1er mars 2019 pour une nouvelle Délégation de Service Public de 15 ans, VEOLIA Recyclage & Valorisation des Déchets va poursuivre l’exploitation du Centre de Tri et de Valorisation des Déchets Arc-en-Ciel 2034, près de Nantes. Ce, au bénéfice du groupement d’autorité concédante constitué par Nantes Métropole et la CARENE Saint-Nazaire Agglomération.

Des travaux importants ont été engagés pour adapter et moderniser le site, intégrant la reconstruction complète d’un atelier de tri des collectes sélectives pour l’adapter au tri de 45 000 tonnes de déchets d’emballages. Ce process ultra sophistiqué et moderne, est équipé de 2 robots pour l’affinage de certains emballages. Ce process permettra notamment de séparer les nouvelles résines plastiques pour répondre à la nouvelle réglementation des consignes de tri des plastiques.

Pour la réalisation de ces travaux d’agrandissement et de modernisation de l’atelier de tri des collectes sélectives, VEOLIA Recyclage & Valorisation des Déchets spécialisée dans les activités de traitement sur la région Centre-Ouest, a choisi de s’associer en sous-traitance avec la société AR-VAL.

Outre l’apport d’une réponse technique à la pointe, AR-VAL s’appuie sur le développement d’une gamme complète de logiciels pour optimiser et faciliter le suivi, la gestion et l’automatisation des nouveaux process de tri de l’usine Arc-en-Ciel 2034.

Le pilotage et la gestion du nouveau centre de tri seront ainsi intégralement orchestrés depuis le poste de supervision équipés de l’ensemble de la suite « Ar-Val SMART » :

*   Ar-Val supervision pour le pilotage de la ligne,

*   Ar-Val Production pour le suivi et l’analyse de la production,

*   Ar-Val Mobile, pour le suivi de la production à distance (Sur smartphone),

*   Ar-Val GMAO pour le suivi de la maintenance et la gestion du gros entretien,

*   Ar-Val Remote Control pour la prise en main d’un équipement avec une tablette ou un smartphone.

Cette modernisation s’accompagne enfin de travaux d’aménagement paysagers visant à optimiser son intégration environnementale. Ils s’étendront jusqu’au printemps 2020, où le site industriel, première filière globale de valorisation des déchets de l’agglomération nantaise, ré-ouvrira ses portes aux visites publiques.

        

Pendant les vacances je trie!

Faites le bon geste

De la qualité de votre tri des déchets dépend l’efficience des process !

Le saviez-vous ? Tous les déchets ne sont pas valorisables de la même façon et dans un centre de tri des déchets, les process sont pensés et construits pour recevoir certains flux de matières prédéterminés. C’est pourquoi on parle de collecte sélective. Quelle que soit votre commune, il vous est demandé de séparer vos déchets en différentes catégories, dès votre domicile ou votre lieu de travail. 

Et si on profitait des congés d’été pour se remettre à l’esprit quelques fondamentaux ?
Parmi les grandes catégories de déchets produites par les ménages, on peut distinguer les déchets recyclables d’une part (papier/carton, plastiques et métaux, dits “déchets secs”), le verre d’autre part (recyclable à l’infini) et les déchets non recyclables communément appelés ordures ménagères (en partie valorisable).
Un centre de tri de collecte sélective est prévu pour réceptionner la première catégorie. Il est donc important de réaliser un tri de qualité dès son domicile, en évitant aussi qu’elles soient souillées par des ordures ménagères (par exemple, il faut bien vider le contenu des emballages avant le tri) .
Le rôle d’un centre de tri va alors consister à séparer les différentes matières lorsqu’elles arrivent “en vrac” ou dans les sacs. Pour cela, la matière va entrer dans un process de tri, composé d’équipements destinés à la distinguer selon sa taille, sa nature, sa forme, voire sa couleur. Il peut s’agir de grands tamis cylindriques de type “Trommel” (tri granulométrique), de cribles balistiques, aéraulique, des cabines équipées de cellules de tri optique, d’appareil de tri magnétique, ou encore de machines à courant de Foucault destinées à capter les métaux non ferreux… Enfin, la matière termine son circuit par un passage en cabine de contrôle visuel ou officient des opérateurs qui contrôlent et affinent la qualité du tri.
Prévus pour recevoir une matière de qualité (c’est à dire conforme aux consignes de tri), ces process de tri automatisés tels qu’on les trouve dans les nouvelles générations de centre de tri conçus par Ar-Val, peuvent être ralentis par la présence de déchets non recyclables (indésirables). Chaque catégorie d’objets triés sera ensuite envoyée au recyclage.
Les centres de tri ne sont donc qu’un maillon dans la chaîne de recyclage des déchets, qui commence avec la collecte sélective. Il est donc essentiel d’avoir les bons gestes et de respecter les consignes de tri. À son domicile comme sur son lieu de vacances faites le bon geste.

Bel été à tous !

Réalisation d’un deuxième centre de tri en Guyane

Dans le cadre du déploiement de la collecte sélective des emballages dans la Communauté de Communes de l’Ouest Guyanais (CCOG), Ar-Val a réalisé le centre d’affinage et de massification de Saint-Laurent-du-Maroni. C’est, après le centre de tri de la Communauté d’Agglomération du Centre Littoral de Guyane (CACL), le 2e centre de tri construit par Ar-Val en Guyane.

Le centre de tri de Saint-Laurent-du-Maroni est implanté depuis ce printemps 2019 sur un territoire où la collecte sélective n’existait pas encore. Ce projet est né sous l’impulsion de Citeo (née du rapprochement d’Eco-Emballages et d’Ecofolio). En effet, dans le cadre de son agrément, une collectivité des territoires des DOM-COM peut solliciter Citeo pour qu’elle pourvoie à la gestion des déchets d’emballages ménagers sur son territoire.

Aux côté de la Société Amazonienne de Recyclage (GUYANET) pour la construction, l’installation et le démarrage de la collecte sélective, Ar-Val a construit un centre tri et de massification, adapté au contexte local. Pour permettre aux Guyanais de mieux trier et de recycler leurs emballages. Le centre de tri est conçu pour séparer les emballages en 2 grandes fractions : plastiques et métaux . Mis en balles, ces emballages une fois triés sont acheminés vers des filières de recyclage dédiées.

Simple et robuste, le centre de tri guyanais n’en est pas moins un équipement normé et sécurisé, conforme aux normes européennes. Il permettra de créer de nouveaux emplois sur la commune de Saint-Laurent-du-Maroni.

Chaine de tri collecte sélective

Inauguration du centre de tri SYCTOM-PARIS 17

Le nouveau centre de tri de collecte sélective du SYCTOM-Paris 17 a été inauguré ce jeudi 6 juin en présence de Jacques Gautier, Président du Syctom et Brune Poirson, Secrétaire d’État auprès du Ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire.

Conçu pour augmenter les performances de tri et de recyclage des déchets de 1 000 000 habitants de Paris et des communes voisines, ce centre de tri d’une capacité de 45 000 tonnes/an et un débit de 15 tonnes / heure. Ce centre de tri a entièrement été conçu, fabriqué et assemblé par Ar-Val, à seulement 150 km du site de l’usine, l’éco-quartier Clichy-Batignolles.

Au-delà de la fabrication française, la proximité de l’atelier de production de la société Ar-Val a permis de réduire considérablement l’empreinte carbone liée au développement de ce projet.

Débuté à l’été 2017, le chantier s’est déroulé dans le strict respect du calendrier prévisionnel, et la nouvelle usine, ultra-sophistiquée, est en cours de mise en service industrielle pour une livraison l’été 2019.

Le process de tri, entièrement automatisé, intègre les technologies de tri les plus avancées comme le procédé Recyfilms permettant de traiter les nouveaux flux de plastiques en réponse aux extensions de consignes de tri (ECT).

Quelques chiffres clés du projet :

  • 13 séparateurs optiques
  • 2 Km de convoyeurs
  • 9 tables de tri manuel
  • 5000 m² de plancher de maintenance procédé
  • 700 tonnes d’aciers structure procédé
  • 3 Km de gardes corps
  • 35 000 h de montage mécanique procédé
  • 9000 h de câblage électrique
  • 1200 h pour l’étude et les schémas électriques du process
  • Plus de 26 000 h d’études process

Intégrée à son environnement sur un plan architectural comme paysager (le centre de tri jouxte le Tribunal de Grande Instance), l’usine est implantée sur un terrain de 11 000 m2 offrant de grandes surfaces végétalisées. Sa construction a fait la part belle à l’utilisation de matériaux renouvelables, panneaux photovoltaïques et autres équipements limitant les nuisances sur les plans thermique, acoustique, visuel et olfactif, au bénéfice du confort de travail et de la sécurité des agents.

Centre de tri du SYCTOM-Paris XVII bientôt opérationnel

Il y a un peu plus d’un an avait lieu la pose de la première pierre du centre de tri de collecte sélective du SYCTOM à Paris XVII, en présence de Sébastien LECORNU alors Secrétaire d’Etat auprès du Ministre d’Etat de la Transition écologique et solidaire, Jacques GAUTIER, Président du SYCTOM, Yann MASSON, Directeur Général de la société Ar-Val, Stanislas ANCEL, Membre du directoire de CNIM, Mao PENINOU, Adjoint à la Maire de Paris et de nombreuses personnalités.

Les travaux ont démarré mi 2017 et s’achèveront courant 2019. Voici ci-après, les photos de l’avancement du chantier.

Le centre de tri en cours de construction concentre les dernières innovations d’Ar-Val. Il a été et conçu pour trier les extensions des consignes de tri (ECT) à tous les emballages plastique afin d’augmenter les performances de tri et de recyclage des 900 000 habitants du SYCTOM, concernés par ce projet.

D’une capacité de 45 000 tonnes/an, le centre de tri du SYCTOM-Paris XVII est équipé de 13 machines de séparation optique, de nombreux équipements mécaniques permettant d’atteindre un débit de 15 tonnes de produits triés par heure, tout en améliorant les conditions de travail et la sécurité des agents.

Avancement du chantier

Extension des consignes de tri plastiques: la régie de tri du SMEDAR au premier rang !

Les premières phases d’extension des consignes de tri à tous les emballages en plastique réalisées en France entre 2012 et 2017, ainsi que l’ensemble des travaux conduits par Citeo, Adelphe en partenariat avec l’Ademe et les collectivités locales, démontrent que l’élargissement des consignes de tri à l’ensemble des emballages plastique nécessite un véritable « big-bang » du parc de centre de tri français.

C’est pourquoi, le SMEDAR (Syndicat Mixte d’Élimination des Déchets de l’Arrondissement de Rouen) a pris le sujet à bras-le-corps et a décidé de moderniser entièrement son process de tri. Le nouveau process conçu, réalisé et mis en service par Ar-Val, a une capacité de 35 000t/an. Il est adapté à l’extension des consignes de tri à l’ensemble des emballages plastiques et des petits métaux. Très automatisée, sa ligne de tri dernière génération compte :

  • 6 séparateurs optiques
  • 3 cribles balistiques
  • 1 trommel
  • 1 presse à balles pour conditionner les différents matériaux triés : plastiques, papier, carton, aluminium, acier et briques alimentaires.
  • 2 presses à paquets pour conditionner l’acier
  • Un dispositif de tri des petits métaux (aciers et alu)

Respectant la Norme française X35-702 des nouveaux standards en matière d’ergonomie et de sécurité au travail, ce process améliore considérablement les conditions de travail des agents dont la mission se concentre dorénavant sur le contrôle de la qualité du tri.

Le centre de tri du SMEDAR est entièrement connecté et doté des dernières innovations d’Ar-Val:  Ar-Val Prod®, Ar-Val GMAO®, Ar-Val Remote® et Ar-Val Prod Mobile®.

Le procédé Recyfilms développé par Ar-Val et ses partenaires y est installé et permet non seulement de capter les films avec une pureté respectant les PTM, mais et surtout d’améliorer la performance globale du process.

Retrouvez-nous au salon pollutec Lyon Eurexpo, Hall 3 – Allée F – Stand 93

Les sociétés Ar-Val et Sogefa seront présentes au 28 ème salon international des équipements, des technologies et des services de l’environnement, du 27 au 30 novembre 2018  Pollutec Lyon Eurexpo.

Nos équipes d’experts seront ravies de vous accueillir pour échanger sur vos projets de construction ou modernisation de vos unités de tri et traitement des déchets.

Nous vous présenterons à cette occasion nos dernières innovations et notre gamme d’outils connectés qui permettent d’améliorer significativement la disponibilité du process.

Salon pollutec

LE PROCESS DE TRI AUTONOME DEMAIN, EST-CE UNE FICTION ?

Le développement des process de tri et celui des nouvelles technologies sont désormais indissociables.

La technologie émergente de l’intelligence artificielle (IA) arrive timidement dans le secteur du tri et traitement des déchets. Pourtant, c’est un véritable challenge que doivent relever les acteurs du métier en général et les constructeurs de process en particulier.

Les capacités des process de tri de la collecte sélective sont de plus en plus importantes avec le déploiement progressif des extensions des consignes de tri à tous les emballages en plastiques.

Le process de tri de demain sera donc plus grand avec un taux de couverture territoriale significatif, il privilégiera l’automatisation et à terme probablement la robotisation au tri manuel.

Le centre de tri de collecte sélective de Valor Béarn situé près de PAU, d’une capacité de 22 000 tonnes par an, a été entièrement modernisé par Ar-Val pour trier les flux d’emballages et papiers en extension des consignes plastiques. Il s’est doté d’outils connectés développés par Ar-Val (Ar-Val Prod, GPAO, GMAO, Ar-Val Mobil, Ar-Val Remote etc.), lui permettant d’améliorer les conditions de travail des agents, d’optimiser la gestion de la production, la gestion de la maintenance, le suivi, le pilotage semi-automatique et automatique de son exploitation.

Ar-Val s’est inscrit depuis sa création en 2000 sur le développement d’outils performants de collecte, d’analyse et de traitement des données en vue de l’automatisation des process.